Robert Mayrand

  • Si vous avez parcouru les routes du Québec cet été, vous avez certainement remarqué le florilège de bâtiments secondaires qui émaillent nos paysages ruraux : granges, étables, porcheries, hangars, fournils, silos, forges, fumoirs... De même, vous avez sûrement rencontré des croix de chemin, grottes, chapelles de procession et autres expressions d'une foi actuelle ou passée. De ces patrimoines, qu'on qualifie souvent de petits, on devrait surtout retenir le caractère essentiel. Ils participent à la spécificité de nos paysages, en plus de témoigner de modes de vie et de savoir-faire d'autrefois. Mais comme tous ne perçoivent pas l'importance de ces repères visuels et identitaires, nous avons décidé de l'exposer dans le dossier de notre numéro d'automne. Devant la disparition graduelle de ces éléments distinctifs, il devient urgent de susciter la volonté de les préserver.

  • Intensification des sécheresses, fonte des glaciers, multiplication des inondations et des phénomènes météo extrêmes, érosion des berges, les dérèglements climatiques font peser diverses menaces sur le patrimoine mondial, que l'on pense à la statue de la Liberté, Stonehenge ou encore Venise. Et même si la situation au Québec sera moins catastrophique que dans certains coins du globe, sommes-nous prêts ? L'édition printanière de Continuité se penche sur la question et tente d'un même élan de mieux comprendre comment certains phénomènes météorologiques affecteront notre patrimoine bâti et paysager et les choix, parfois difficiles, qui devront être faits. Lisez aussi sur la restauration d'une statue de la Vierge rongée par des insectes, conservée au Musée des Maîtres et Artisans du Québec, sur l'aménagement du Centre d'archives Mgr-Antoine-Racine dans la chapelle Pauline, sous la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke et contemplez les aquarelles de Gilles Matte rendant hommage à un ancien moulin à scie de Saint-Augustin-de-Desmaures.

empty