Serge Michaïlof

  • Le départ en catastrophe des troupes américaines d'Afghanistan, en août 2021, a frappé le monde de stupeur. Comment la première puissance militaire du monde a-t-elle pu être vaincue par une guérilla inspirée par un islam d'un autre âge ? La question a été particulièrement ressentie en France en raison de notre intervention au Sahel, dont l'enlisement n'est pas sans faire craindre une issue comparable.
    Serge Michailof, grand expert en développement ayant bourlingué sur tous les continents, dont en Afghanistan et au Sahel, propose une "autopsie de ce désastre". Il en propose une analyse méthodique et sans complaisance, de la conduite des opérations militaires au dévoiement de l'aide internationale, en passant par l'échec du Nation Building. Il s'en dégage une série de leçons sur les choses à faire et à ne pas faire dans le cadre de pareilles interventions dont il montre pour finir l'application qui pourrait en être tirée au Sahel.

  • En 2050, l'Afrique sera plus peuplée que la Chine, mais les jeunes en âge de travailler y seront trois fois plus nombreux et les emplois manqueront encore plus cruellement qu'aujourd'hui. Or le chômage massif de jeunes à demi scolarisés constitue l'une des principales explications de l'effondrement dramatique de l'Afghanistan, la Syrie ou l'Irak.Le Sahel francophone est une zone d'immense fragilité, dont les caractéristiques rappellent l'Afghanistan. Nous ne voulons voir que l'Afrique en progrès, celle qui offre de nouveaux marchés et regorge de matières premières. Mais l'Afrique en crise existe toujours et se comporte comme un cancer, envoyant ses métastases dans les pays voisins, et jusqu'en Europe. Bien naïf celui qui croira que la charité et les interventions militaires suffiront à éteindre l'incendie qui couve dans ces zones déshéritées.Nous ne pourrons rester longtemps indifférents : pour ne pas être nous aussi victimes de ces métastases, tentons de comprendre la réalité, et réfléchissons à ce qui peut encore être envisagé pour endiguer le feu et éviter que l'Afrique en crise n'arrive dans nos banlieues. Chercheur à l'IRIS, enseignant à Sciences Po et conseiller de plusieurs gouvernements, Serge Michaïlof a été l'un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l'Agence française de développement (AFD). Son dernier ouvrage, Notre maison brûle au Sud (Fayard, 2010), a reçu le prix Jean-Michel Gaillard. 

  • Dans notre monde instable, nombre de régions à la dérive sont devenues de dangereux chaudrons où bouillonnent misère et frustrations. Serge Michailof et Alexis Bonnel décrivent les chocs qui, au cours des prochaines décennies, vont frapper d'abord le Sud puis, par ricochet, nos pays riches. L'un des rares outils disponibles pour permettre de construire des États viables dans les régions en crise, autant que pour rendre enfin attractif le développement durable : une aide publique au développement entièrement repensée. Notre maison brûle au Sud. Et si nous regardions ce que nous pouvons faire au Nord ?
    * * *
    « Ce livre, je l'attendais depuis longtemps. Qui d'autre que Serge Michailof pouvait nous livrer une telle somme d'analyses mais aussi de propositions ? L'aide peut être fatale. Mais plus fatal encore serait son arrêt. Voici ce que j'ai appris de lui. Voici ce que j'ai retrouvé avec admiration et gratitude dans le livre qu'il nous propose avec Alexis Bonnel aujourd'hui. »
    Erik Orsenna, préfacier
    Postface de Jean-Michel Severino
    * * *
    Aujourd'hui enseignant à Sciences Po, Serge Michailof a été l'un des directeurs de la Banque mondiale et le directeur des opérations de l'Agence française de développement (AFD). Ancien de la Banque mondiale, Alexis Bonnel a été responsable de l'environnement et des infrastructures à l'AFD et est à présent conseiller du directeur technique des opérations.

  • Guide pratique d'analyse de projets

    ,

    • Fenixx réédition numérique (economica)
    • 8 Janvier 2019

    La première édition de cet ouvrage remonte à 1980. Ni somme théorique, ni simple manuel d'instructions, il se voulait surtout un « pont » entre ces deux approches, un guide pratique pour faciliter l'application des diverses méthodes utilisées, en matière d'évaluation des projets, dans les pays en développement et les institutions internationales. Ses éditions successives témoignent de l'intérêt que lui ont porté de nombreux étudiants et professionnels du monde francophone.
    La crise mondiale a fait peser, depuis lors, des contraintes macroéconomiques accrues sur les politiques nationales et sur le choix des investissements. La réalisation des « projets » n'en reste pas moins l'instrument obligé du développement économique, et leur analyse en est plus que jamais une étape essentielle.
    C'est dans cette perspective, que s'inscrit la cinquième édition de notre « guide pratique ». Profondément remanié, pour répondre aux préoccupations actuelles, il comporte - notamment - plusieurs contributions nouvelles sur l'utilisation de l'outil informatique, et sur les études d'environnement.

empty