• Carolin Emcke conduit une analyse à la fois littéraire et philosophique des contextes qui expliquent la haine xénophobe, raciale, sociale et sexiste minant nos sociétés. Elle étudie les processus d'invisibilisation qui préparent les conduites haineuses et déconstruit les présupposés théoriques de la haine : naturalisation des identités, désir d'homogénéité et culte de la pureté. Ce livre réalise un équilibre rare entre description des situations concrètes de montée en puissance des passions tristes (Europe et États-Unis notamment) et analyse des causes. Le ton est descriptif avant d'être normatif, même si l'auteur ne cache pas son parti pris en faveur d'une démocratie sensible, accordée à une certaine expérience de l'amour : l'aspect le plus remarquable du livre tient dans ce lien établi sans aucune naïveté entre la politique et la sphère des sentiments.
    Le projet littéraire de Carolin Emcke n'a pas d'équivalent en France : il s'agit d'articuler journalisme au meilleur sens du terme et philosophie. Les enjeux fondamentaux liés au devenir de la démocratie dans la globalisation, à la guerre et aux droits civiques sont restitués au plus près de l'expérience, parfois sur la ligne de front elle-même. Ce point de vue original confère un ton militant, mais jamais dogmatique, à ce livre. La haine n'y est pas envisagée comme une abstraction mais comme une possibilité ouverte par la modernité et à laquelle cette même modernité permet de répliquer. L'amor mundi revendiqué par Carolin Emcke se confronte à la réalité de l'extrême qu'elle a observé avec autant de courage que de finesse sur des théâtres d'opération divers (Kosovo, Liban, Irak, etc.). L'alliance entre le sérieux habermassien et la lucidité d'une femme qui a regardé la guerre en face n'est pas habituelle dans notre pays où les ponts entre philosophie et journalisme ont été coupés.
    Carolin Emcke, née en 1967, a étudié la philosophie, les sciences politiques et l'histoire à Londres, Francfort-sur-le-Main avec Jürgen Habermas, dont elle est proche, et Harvard. Elle a été reporter de guerre de 1998 à 2013 et a notamment couvert les guerres du Kosovo, du Liban et d'Irak. Elle collabore depuis 2007 avec l'hebdomadaire Die Zeit. Outre le prestigieux Friedenspreis de la foire de Francfort 2016, elle a reçu le prix Theodor-Wolff (2008), le prix Otto-Brenner (2010) et le prix Lessing (2015).

  • " En tant que femme, devrais-je trouver impensable de ne pas être vue et traitée comme une chose, un objet, un corps disponible et utilisable à merci ? Quel présupposé absurde : trouver naturel que des êtres ne se déplacent jamais sans ressentir la crainte, partout et en tout lieu, d'être l'objet d'un autre. Comment des parents sont-ils censés expliquer ça
    à leurs enfants, comment des générations de mères (ou de pères) ont-ils pu l'expliquer ? " Carolin Emcke
    Le phénomène MeToo a fait l'objet de nombreux commentaires : étape décisive dans l'émancipation des femmes ou nouvelle expression du totalitarisme de la transparence ? Loin des jugements hâtifs, ce livre revient sur ces voix qui se sont fait entendre
    pour la première fois. Interrogeant les liens entre le langage et le désir, Carolin Emcke livre une analyse inédite des expériences contemporaines du corps.
    Née en 1967, Carolin Emcke est l'une des plus belles figures de la vie intellectuelle allemande. Elle a été grand reporter de guerre de 1998 à 2013 et a notamment couvert les guerres du Kosovo, du Liban et d'Irak. Contre la haine et Notre désir ont été traduits au Seuil en 2017 et 2018.
    Traduit de l'allemand par Alexandre Pateau.

  • Qui sommes-nous vraiment ? Qui pouvons-nous être ou devenir ? Sommes-nous véritablement libres de vivre notre désir dès lors que nous nous écartons d'une certaine norme ? N'a-t-il qu'une seule forme ou évolue-t-il au cours de notre existence – pour devenir plus profond, plus doux, plus radical ?
    Philosophe et correspondante de guerre, l'auteur explore les ruses du désir, de ses premières manifestations adolescentes jusqu'aux abords des champs de bataille. Entre l'essai et le témoignage, ce récit se lit d'un seul souffle, comme le journal d'un désir sexuel et amoureux en formation. Carolin Emcke y relate comment elle a découvert son propre désir, qui n'est pas celui de " tout le monde ". Elle s'adresse à toutes celles et tous ceux qu'on prive de leur désir, et, par là, de leur dignité.
    Un hymne à la liberté traversé par le tragique, où l'intime se mêle magistralement au politique.
    Née en 1967, Carolin Emcke a étudié la philosophie, les sciences politiques et l'histoire à Londres, Harvard et Francfort-sur-le-Main avec Jürgen Habermas, dont elle est proche. Elle a été grande reporter de guerre de 1998 à 2013 et a notamment couvert les guerres du Kosovo, du Liban et d'Irak. Contre la haine, couronné par le prestigieux Prix de la Paix des libraires allemands en 2016 et publié au Seuil en 2017, a été unanimement salué par la critique.

  • Against Hate

    Carolin Emcke

    • Polity
    • 22 Février 2019

    Racism, extremism, anti-democratic sentiment - our increasingly polarized world is dominated by a type of thinking that doubts others' positions but never its own. In a powerful challenge to fundamentalism in all its forms, Carolin Emcke, one of Germany's leading intellectuals, argues that we can only preserve individual freedom and protect people's rights by cherishing and celebrating diversity. If we want to safeguard democracy, we must have the courage to challenge hatred and the will to fight for and defend plurality in our societies. Emcke rises to the challenge that identitarian dogmas and populist narratives pose, exposing the way in which they simplify and distort our perception of the world. Against Hate is an impassioned call to fight intolerance and defend liberal ideals. It will be of great interest to anyone concerned about the darkening politics of our time and searching for ways forward.

  • When I Say Yes

    Carolin Emcke

    • Polity
    • 17 Avril 2020

    How should we talk about desire, power and equality in the wake of the #Me Too debate?
    For Carolin Emcke, bestselling author and winner of the German Peace Prize, the debate demonstrates one thing above all: a conversation about abuse and sexuality has emerged that can no longer be stifled. Too many questions remain unanswered: which images and concepts shape our imaginings of desire and revulsion? How is violence exposed and obstructed? How do the norms and structures into which men, women and those in between must fit get constructed?  What gets hushed up, and who remains powerless?  How can the plurality of desire and sexuality be expressed, without sacrificing their intricacies?
    By interrogating her own experiences as well as social practices, music and literature, Emcke demonstrates the enduring complexity of the relationship between sexuality and truth.

empty