• Dans nos sociétés dites postfactuelles, il importe de comprendre et de simplifier la pensée des philosophes qui ont réfléchi au pluralisme pour développer un regard critique face aux sophismes ou aux raccourcis intellectuels véhiculés. Il faut mettre à l'épreuve des faits les multiples affirmations des dirigeants et des analystes politiques. Cela dit, alors qu'on célèbre en 2017 le 150e anniversaire de la fédération canadienne, l'heure est également au bilan de la coexistence des différents partenaires de l'association politique.

    Le présent ouvrage propose une analyse théorique, empirique et normative des débats qui portent sur l'aménagement de la diversité ethnoculturelle et sociétale dans les démocraties libérales contemporaines. Animé par un désir de clarification conceptuelle des outils permettant d'interpréter le langage complexe du multiculturalisme, de l'interculturalisme, du nationalisme et du fédéralisme, l'auteur s'adresse à la fois au monde universitaire et aux citoyens engagés.

    Adoptant une posture critique et normative, l'auteur veut repenser les fondements du fédéralisme canadien, de sorte que le Canada soit véritablement ouvert à la diversité issue de l'immigration, mais aussi à celles de la nation mino­ritaire québécoise, des nations autochtones, sans oublier celles de la minorité nationale anglophone du Québec et du groupe anglophone majoritaire au Canada.

  • Jusqu'au début de ce siècle, le terme alcool servit à désigner le produit de la distillation du vin, produit complexe, ainsi que nous le montrerons plus loin. Depuis, les chimistes ont étendu cette appellation à toute une famille de corps organiques définis, dont la propriété fondamentale, la fonction chimique, est de s'unir aux acides pour former de véritables sels, les éthers salins. On dit : la famille des alcools, les alcools.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Bien que le vote stratégique soit un thème récurrent lors des campagnes provinciales électorales québécoises, aucune étude n'a analysé le vote stratégique au Québec. En utilisant un sondage du projet Making Electoral Democracy Work, cet article comble cette lacune dans la littérature et analyse l'élection québécoise de 2012 en répondant à deux objectifs principaux : déterminer la proportion de votes stratégiques et identifier les variables individuelles qui influencent la probabilité qu'un électeur opte pour une coordination stratégique. Les résultats indiquent que, dans l'ensemble, 8,4 % des votes peuvent être dits stratégiques. Quant aux déterminants du vote stratégique et tel qu'attendu, le fait pour un électeur d'être partisan et d'avoir un plus grand écart de préférence entre les deux options favorites diminue sa propension à déserter son premier choix. Toutefois, contrairement aux attentes, le niveau de sophistication politique n'influence pas significativement la probabilité qu'un électeur opte pour une coordination stratégique.

  • En 1998, la Cour suprême du Canada rendait sa décision au sujet du Renvoi relatif à la sécession du Québec, dans laquelle elle se prononçait sur certains des enjeux les plus fondamentaux de notre système de gouvernement constitutionnel. La Cour a reconnu quatre principes sous-jacents de l'ordre politico-constitutionnel canadien, lesquels inspirent et nourrissent le texte écrit de la constitution. Piliers de l'architecture institutionnelle, ces principes sont le fédéralisme, la démocratie, le constitutionnalisme, ainsi que la protection des minorités. Ceux-ci non seulement représentent des valeurs fondamentales portées par la constitution canadienne, mais sont aussi et surtout des postulats normatifs nécessaires pour penser l'aménagement de la diversité profonde dans les sociétés complexes.
    Fort de contributions provenant à la fois du droit et de la science politique, cet ouvrage offre une réflexion tant rétrospective que prospective quant à la valeur de ces principes pour ré-imaginer le Canada sur des bases plus hospitalières à l'égard de tous les partenaires de l'association politique.

  • Un pays divisé : identité, fédéralisme et régionalisme au Canada Nouv.

    Le Canada est un pays divisé... mais à quel point? Et surtout, comment expliquer et interpréter ce phénomène ? À l'aide de données de sondage originales issues de l'enquête La Confédération de demain 2.0 / The Confederation of Tomorrow 2.0, ce livre brosse un portrait contemporain des tensions à l'oeuvre au sein de la fédération canadienne.
    Nous avons sondé les Canadiens pour mieux saisir le rapport qu'ils entretiennent avec leurs pôles identitaires ainsi qu'avec le fédéralisme et le régionalisme. Divisé, le Canada l'est en effet d'abord sur le plan des équations identitaires que ses citoyens mettent de l'avant pour s'autoreprésenter. Ce livre fait ressortir l'influence de certains noeuds dans cette toile identitaire sur les préférences institutionnelles à l'échelle provinciale et régionale. De même, il analyse la manière dont les diverses catégories de population au pays se représentent les avantages et les inconvénients du système fédéral, ainsi que les rapports qu'elles entretiennent avec certaines politiques publiques clés pour leur province ou leur région, comme le programme de la péréquation, la protection de l'environnement, le processus de réconciliation, etc.
    Un pays divisé : identité, fédéralisme et régionalisme au Canada est destiné autant aux chercheurs qu'aux étudiants, aux citoyens qu'aux fonctionnaires et décideurs politiques. Il précise les tenants et aboutissants des divers événements historiques et sociopolitiques qui ponctuent le narratif de son argumentaire, tout en suivant un protocole rigoureux et détaillé dans l'analyse scientifique des données recueillies.

empty