Mots du libraire

  • ' Tout le monde veut être Cary Grant. Même moi, je veux être Cary Grant. '

    Des comédies romantiques de l'âge d'or du cinéma américain aux chefs-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock, Cary Grant (1904-1986) demeure l'une des stars d'Hollywood les plus célèbres au monde.
    Gentleman flegmatique, séducteur caustique, il a réussi grâce à un physique exceptionnel à incarner ' l'homme idéal ', fantasme de millions de spectatrices et spectateurs. Derrière cette belle image de cinéma se cache pourtant un être tourmenté, dont toute l'existence est fondée sur le leurre.
    Originaire de Bristol, abandonné jeune par son père qui lui a fait croire que sa mère était morte, Archibald Leach décide de s'inventer un destin en Amérique, grâce au cinéma, plaçant sa vie sous le signe du double et de la duplicité : il change de nom, se lie sentimentalement avec des hommes et des femmes, se marie cinq fois de suite, connaît des moments de profonde dépression et fait l'expérience du LSD à des fins thérapeutiques.
    Martine Reid retrace l'histoire d'un individu dont l'identité s'est patiemment forgée grâce au cinéma, en parallèle du rêve américain. Derrière le divertissement, la consommation de masse et les images d'une virilité conquérante, elle dévoile les fragilités d'un homme inquiet.

    La librairie Gallimard vous conseille

    L'une des plus scintillantes étoiles du grand Hollywood était-il autre chose qu'une chimère prise dans la fascination de son propre personnage ? Un livre brillant qui interroge le rapport  -à fortiori les icônes- que chacun entretient avec sa propre dualité, sa propre complexité.

  • ' Ils nous ont séparés de part et d'autre d'une ligne. Celui qui a quelque chose et celui qui n'a rien. Celui qui est fiable et celui qui est suspect. Je ne vivais pas bien, mais si j'étais sûre d'une chose, c'était que ça pouvait toujours être pire. '

    Dans ce qui ressemble au Venezuela de Maduro, de violentes manifestations sèment le chaos à Caracas. Adelaida Falcón vient de perdre sa mère. L'immeuble où elle habite se retrouve au coeur des combats entre jeunes opposants et forces de l'ordre. Expulsée de son logement, Adelaida se réfugie chez une voisine, une jeune femme surnommée ' la fille de l'Espagnole '. Pour survivre depuis sa cachette, elle doit apprendre à devenir une autre et à se battre. Quitte à payer le prix fort.

    La Librairie Gallimard vous conseille

    Un premier roman saisissant et singulier. Une dystopie qui brouille savamment les frontières du réel. Parfois glaçant, empreint de poésie. C'est un moment fort de lecture. A découvrir absolument.

  • Napoléon comparait sa vie à un roman. Il en fut le héros et l'auteur. Seul ce roman nous reste. Depuis deux siècles, il continue à s'écrire sans lui. Et avec lui se perpétue ce "songe immense mais rapide comme la nuit désordonnée qui l'avait enfanté" dont parlent les Mémoires d'outre-tombe. Chateaubriand dit de Napoléon : "Il n'a pas fait la France, la France l'a fait."
    Mais peut-être la France, au fond, Napoléon l'a-t-il faite par sa défaite autant que par ses victoires. Car, outre des institutions et des lois qui existent toujours, le vide qu'il laisse a duré plus longtemps que le monument qu'il avait édifié et dont ne nous demeurent que des vestiges et des symboles.
    "Le soleil qui s'était levé à Austerlitz, écrit Hugo, se couche sur Waterloo." Avec le romancier des Misérables, les plus grands écrivains du passé sont venus visiter la légende obscure et éclatante sous la forme de laquelle, pour notre présent, cette histoire reste encore vivante.
    Philippe Forest interroge l'aventure de cet homme, et de la France qu'il a faite, au miroir littéraire de l'épopée dont il nous a légué l'impérissable souvenir.

    La Librairie Gallimard vous conseille

    Philippe Forest nous invite à découvrir la vie de l'Empereur à travers le prisme de la littérature. Et quoi de plus normal pour celui dont la vie fut un incroyable roman ? De Chateaubriand à Stendhal en passant par Victor Hugo, Napoléon inspire autant qu'il intrigue. Passionnant et érudit.

  • Après le succès d'Histoires d'oeils, Philippe Costamagna applique sa science d'historien de l'art et du goût à quelqu'un que l'on n'aborde jamais sous cet angle  : Napoléon. Dans ce premier livre sur la question, il aborde à la fois le Napoléon intime et le Napoléon public par ses goûts, tous ses goûts, et parfois ses dégoûts.
    Quel était le goût de Napoléon en matière de mobilier  ? De vêtements  ? De littérature  ? De théâtre  ? De peinture  ? De cuisine  ? De femmes  ? Parmi la quantité de détails et d'anecdotes sur le général, Premier consul, empereur des Français et exilé le plus célèbre du monde, on découvrira sa passion pour les rougets, mais aussi pour les vers de Corneille, qu'il se faisait réciter par des acteurs, pour la couleur mauve dont il a fait tapisser le palais de l'Elysée, ou encore pour le jeu de barres (une variante du chat-perché). Et chaque fois, en plus de ces goûts, sa décision bien à lui de vouloir les imposer à tous, parfois pour notre plus grand bien, comme quand il a peuplé Paris de fontaines.
    Derrière la légende des canons et des conquêtes, des cavalcades et des codes, voici la vérité d'un homme qui s'est profondément révélé par ses choix esthétiques.   Ce passionnant Goûts de Napoléon est un trésor d'anecdotes méconnues et une mine d'informations inattendues sur un des grands hommes de l'histoire de France.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Riche en anecdotes, cet ouvrage permet d'entrer de plain-pied dans l'intimité aussi bien de Napoléon que de Bonaparte. L'occasion de mieux comprendre le parcours, l'ambition et les tourments de l'empereur.

  • Qu'est-ce qu'un obsessionnel ? Quelqu'un comme vous et moi, peut-être ? Oui, mais qui doute. Non parce qu'il ne serait pas sûr de lui. Mais parce que ce doute lui est nécessaire pour désirer. Pour vivre. Ou, plutôt, pour ne pas mourir tout à fait.
    Alors il « procrastine », s'interdit de réaliser la plupart de ses désirs, ou s'en fait au contraire un devoir - ce qui revient presque au même. Alors il vit le sexe comme un embarras, l'amour comme son évitement, la répétition comme un refuge, la mort comme un recours, et la pensée (parce qu'il ne peut s'empêcher de croire en sa toute-puissance magique) comme une menace. Dont il lui faut donc se protéger. En se faisant débile, par exemple. En se sentant coupable de tout, quand bien même n'accepte-t-il d'être responsable de rien. En ruminant, en priant, en étant en dette pour la vie - et seul pour toujours.
    Et en n'achevant jamais rien. Pas même son propos. Parce que c'est toute la vérité qu'il veut dire, et tout d'un coup, et que c'est ainsi qu'il rencontre le mieux l'impossible qui soutient son existence.
    Nous donnant ainsi une magistrale leçon sur le fonctionnement psychique ordinaire, et sur le monde en général.
    Ce qui, certes, nous écarte beaucoup des propos habituels des traités de psychopathologie, des opuscules de pleine conscience et des guides de recettes de vie.
    Mais nous fraye une voie d'accès royale à la psychologie - la vraie !

    La Librairie Gallimard vous conseille

    Avec humour, intelligence, finesse théorique et appui clinique, Alain Abelhauser brosse le portrait de l'homme obsessionnel. Une leçon magistrale sur le fonctionnement psychique ordinaire, et sur le monde en général.

  • A la suite du coup de fil énigmatique d'un producteur, le narrateur embarque pour Rome investi d'une obscure mission  : retrouver Laura Antonelli, l'actrice oubliée dont Visconti disait qu'elle fut «  la plus belle femme du monde  ». Il erre dans une Rome caniculaire, traversant les décors mythiques qu'on connaît, à la rencontre des témoins de sa vie tragique. Il épluche les vieux tabloïds et les interviews pour tenter de raconter, sans la trahir, cette femme insaisissable.
     
    Splendide et sensuelle, Laura Antonelli est tout d'abord le sex-symbol populaire de l'Italie catholique des années 1960. Avec la sortie en salle de L'Innocent, elle devient une de ces beautés solaires de l'âge d'or du cinéma italien. Dès lors, elle tourne  avec les plus grands et découvre un succès poudré de cocaïne, de soirées hollywoodiennes, d'amours compliquées et de journaux à scandales, jusqu'au jour où la police trouve dans sa villa de Cerveteri 36 grammes de drogue. S'ensuit une série de démêlés judiciaires qui l'éloigne peu à peu des paillettes de Cinecittà. Ainsi commence pour elle une lente descente aux enfers.
     
    A la demande d'un producteur, elle se soumet à une opération de chirurgie esthétique qui la défigure. La star vit désormais recluse dans une chambre misérable et déclare aux rares curieux qui parviennent à retrouver sa trace  : «  Laura Antonelli n'existe plus  ».
     
    Qu'est-ce que la gloire sinon, comme le disait Pasolini, l'autre face de la persécution  ? De Sunset Boulevard à la Dolce Vita romaine, Philippe Brunel livre ici un roman plein de grâce et d'ombre, dans la lignée de Patrick Modiano, sur l'histoire légendaire de la femme la plus belle du monde devenue un monstre.

    La librairie Gallimard vous conseille

    A travers le destin tragique de Laura Antonelli, c'est toute une époque du grand cinéma italien (celle de Rist, de Visconti, d'Antonioni...) qui sombre au crépuscule. Si les acteurs ne sont que des mirages, peuvent-ils devenir autre chose que des fantômes ? Une enquête modianesque dans la ville éternelle.

  • Jean Seghers est inquiet : sa station-service a été déclarée en faillite. Son veilleur de nuit-mécanicien lui réclame ses indemnités et, de surcroît, il craint que sa femme entretienne une liaison avec le président du tribunal de commerce.
    Alors, il va employer les grands moyens.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Drôle, intelligent, subtil, déroutant, les superlatifs ne manquent à propos de l'œuvre d'Yves Ravey. C'est d'autant plus vrai pour ce millésime 2021. Une véritable pépite.

  • Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l'attaque contre l'ennemi allemand. Les soldats s'élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d'Alfa, son ami d'enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s'enfuit. Lui, le paysan d'Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l'effroi. Au point d'effrayer ses camarades. Son évacuation à l'Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d'ultime et splendide résistance à la première boucherie de l'ère moderne.
    Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences à l'université de Pau.

    La librairie Gallimard vous conseille

    La Guerre de 14 à travers les yeux d'un tirailleur sénégalais. Une écriture puissante, un livre étonnant !

  • Un nouveau regard sur les années 1789-1815 par un des plus grands historiens actuels.
    Depuis son ouvrage La politique de la Terreur, Patrice Gueniffey s'est imposé comme un historien majeur de la Révolution et de l'Empire. Il le doit non seulement au caractère toujours novateur de son approche et à la densité de ses analyses, mais aussi à la qualité de son style. Le présent ouvrage rassemble pour la première fois ses principaux textes, tous réécrits pour permettre une lecture continue et vivante. Etudes et récits y côtoient les portraits de contemporains (Robespierre, La Fayette, Maistre, Napoléon) et d'historiens (Bainville, Cabanis). L'ensemble propose une vision stimulante de la période 1789-1815 qui fera date.Patrice Gueniffey, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, est également l'auteur du Dix-huit Brumaire, l'épilogue de la Révolution française.Presse:" Disciple de François Furet, l'historien Patrice Gueniffey est aujourd'hui un de nos meilleurs spécialistes de la Révolution française. Rassemblant certains de ses articles publiés dans des revues savantes ou des textes épars, et qu'il a en partie remaniés, l'auteur nous propose dans ce poche une relecture de la période révolutionnaire et impériale." Jacques de Saint-Victor, Le Figaro Littéraire, 07 Avril 11 " L'histoire politique hexagonale ne cesse de faire référence à la Révolution française. Patrice Gueniffey fait partie de ces historiens qui reviennent sur la période en renouvelant les questionnements. 1789-1815 : sont ici rassemblées certaines de ses contributions qui interrogent les débats anciens et qui les analysent dans une écriture vivante et très féconde." Gilles Heuré, Télérama, 30 avril - 06 Mai 11" Ce receuil d'articles fera date. Inédits ou révisés pour l'occasion, les chapitres qui composent ce volume sont précédés d'une introduction incisive liant crise actuelle de l'histoire et disparition de la croyance en l'efficacité de la politique qui caractérisait l'époque considérée. Patrice Gueniffey, dans un style qui marie clarté et profondeur et unit récit et analyse, offre une compréhension de l'ensemble de la période révolutionnaire et impériale dans sa dimension la plus essentielle, la plus politique." L'Histoire, Juin 11" Patrice Gueniffey, à qui l'on doit une éclairante étude sur " le Dix-Huit Brumaire " et sur " la Politique de la Terreur ", a réuni ses articles pour former un grand livre d'histoire..."Laurent Lemire, Le Nouvel Observateur, 01 - 08 Juin 11" La Révolution française n'est pas seulement terminée, elle est morte, affirme Patrice Gueniffey, un des meilleurs historiens de la question. Pour l'occasion, il se fait médecin légiste : ne se contentant pas de présenter un acte de décès, il s'adonne à une autopsie dans les règles de l'art."Paul Dupré, Le Figaro Magazine, 18 Juin 11" [...] on ne peut que s'incliner devant la maîtrise, la vigueur et I'intelligence de son propos. Car ce livre est de ceux que I'on ne lâche qu'à regret et dont on sait que l'on v reviendra avec plaisir."Joël Chandelier, Marianne Hors-série, Juillet-Août 11

    La librairie Gallimard vous conseille

    Clair, passionnant, cet ouvrage de Patrice Gueniffey propose une extraordinaire histoire de la Révolution française.

  • 'Omniprésent et inéluctable, tel est Chronos. Mais il est d'abord celui qu'on ne peut saisir. L'Insaisissable, mais, tout autant et du même coup, celui que les humains n'ont jamais renoncé à maîtriser. Innombrables ont été les stratégies déployées pour y parvenir, ou le croire, qu'on aille de l'Antiquité à nos jours, en passant par le fameux paradoxe d'Augustin : aussi longtemps que personne ne lui demande ce qu'est le temps, il le sait ; sitôt qu'on lui pose la question, il ne sait plus.
    Ce livre est un essai sur l'ordre des temps et les époques du temps. À l'instar de Buffon reconnaissant les 'Époques' de la Nature, on peut distinguer des époques du temps. Ainsi va-t-on des manières grecques d'appréhender Chronos jusqu'aux graves incertitudes contemporaines, avec un long arrêt sur le temps des chrétiens, conçu et mis en place par l'Église naissante : un présent pris entre l'Incarnation et le Jugement dernier. Ainsi s'engage la marche du temps occidental.
    On suit comment l'emprise du temps chrétien s'est diffusée et imposée, avant qu'elle ne reflue de la montée en puissance du temps moderne, porté par le progrès et en marche rapide vers le futur.
    Aujourd'hui, l'avenir s'est obscurci et un temps inédit a surgi, vite désigné comme l'Anthropocène, soit le nom d'une nouvelle ère géologique où c'est l'espèce humaine qui est devenue la force principale : une force géologique. Que deviennent alors les anciennes façons de saisir Chronos, quelles nouvelles stratégies faudrait-il formuler pour faire face à ce futur incommensurable et menaçant, alors même que nous nous trouvons encore plus ou moins enserrés dans le temps évanescent et contraignant de ce que j'ai appelé le présentisme?'

    François Hartog

    La librairie Gallimard vous conseille

    Qu'est-ce donc le temps ? Si personne ne m'interroge, je le sais si je veux répondre à cette demande, je l'ignore affirmait Saint-Augustin. Omniprésente comme son objet et inéluctable cette question traverse l'histoire de l'Occident, demeurant toujours d'actualité.

  • Un changement dans la vie de Satoru fait qu'il doit se séparer de Nana, son chat adoré. Débute alors une série de voyages chez des amis d'enfance, aux quatre coins du Japon, pour lui trouver un nouveau foyer. Mais le rusé matou, narrateur de ce savoureux roman, ne l'entend pas de cette oreille : il fera tout pour rester avec Satoru et prolonger l'aventure.

    La librairie Gallimard vous conseille

    La lecture de ce livre peut-être un vrai voyage. Le portrait de relations qui se font au gré du temps, du paysage. Un roman tout en douceur, un vrai petit bonheur à savourer.

  • "Vicente Rosenberg est arrivé en Argentine en 1928. Il a rencontré Rosita Szapire cinq ans plus tard. Vicente et Rosita se sont aimés et ils ont eu trois enfants. Mais lorsque Vicente a su que sa mère allait mourir dans le ghetto de Varsovie, il a décidé de se taire.
    Ce roman raconte l'histoire de ce silence - qui est devenu le mien."

    La Librairie Gallimard vous conseille

    À travers l’histoire de son grand-père, S. Amigorena signe un livre bouleversant sur la question du déni. Ou quand refuser de voir finit par nous crever les yeux.

  • Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marc Amfreville
    Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur " la Fille des marais " de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n'est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
    A l'âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l'abandonne à son tour.
    La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie.
    Lorsque l'irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même...
    Delia Owens est née en 1949 en Géorgie, aux Etats-Unis. Diplômée en zoologie et biologie, elle a vécu plus de vingt ans en Afrique et a publié trois ouvrages consacrés à la nature et aux animaux, tous best-sellers aux USA.
    Là où chantent les écrevisses est son premier roman. Phénomène d'édition, ce livre a déjà conquis des millions de lecteurs et poursuit son incroyable destinée dans le monde entier. Une adaptation au cinéma est également en cours.
    " Un roman à la beauté tragique. " The New York Times Book Review
    " Une histoire déchirante, un hymne sublime à la nature et à la solitude. " Entertainment Weekly
    " Un premier roman magnifique. " People

    La librairie Gallimard vous conseille

    Un hymne à la nature, à la poésie du monde le tout porté par une figure de femme exceptionnelle. Un roman qui ne vous lâchera pas !

  • Huit nouvelles sur l'imposture qui mettent en scène des New Yorkais pathétiques ou malins. Une manière en huit variations de découvrir l'étonnante palette comique de cet humoriste qui fit la jonction entre Twain et les comiques du New Yorker, doué d'un sens du récit qui en fait un modèle pour une ribambelle d'écrivains américains. Son univers amusant l'a malheureusement coupé d'une partie d'un lectorat, surtout en France, qui n'a vu en lui qu'un humoriste là où il y avait bien du Tchékhov (en moins slave).

    C'est un des plus célèbre prisonnier de la littérature.. O.Henry (1862-1910), de son vrai nom William Sydney Porter, a effectivement fait trois ans de prison au motif qu'il aurait détourné de l'argent lorsqu'il travaillait dans une banque. Il avait commencé dès 1884 à écrire des chroniques humoristiques. Libéré, il se consacre à plein temps à la rédaction de nouvelles (400..) qui lui vaudront la gloire, posthume notamment. New Yorkais, il a fait de sa ville le décor de ses hilarantes histoires.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Retrouvez le plaisir des soirées au théâtre avec ces histoires édifiantes qui mettent en scène la Comédie humaine renouvelée sans cesse dans les affaires du quotidien. Un conteur hilarant aux dénouements toujours inattendus !

  • Cela fait vingt-quatre ans que Katharina Haugen a disparu. Depuis, Wisting explore obstinément les archives de ce dossier non élucidé. Et personne n'a jamais pu déchiffrer ce qu'on appelle le code de Katharina : des chiffres, des lignes et une croix que la jeune femme avait griffonnés sur une feuille trouvée dans sa cuisine.
    L'ouverture d'une enquête sur son mari, Martin, suspecté d'avoir jadis été impliqué dans l'enlèvement de la fille d'un industriel milliardaire, laisse envisager un lien entre les deux affaires. Mais tout cela remonte à si longtemps... Wisting sera t-il capable d'arracher des aveux à un homme avec qui, sans être tout à fait son ami, il pratique parfois la pêche au lancer et à la foëne ?

    La librairie Gallimard vous conseille

    Une intrigue fascinante, un style inimitable. Du policier dynamique, vif et inattendu : Horst dépasse nos attentes à chaque parution. Les polars d'Horst brillent par leur intensité sans tomber dans le trash ou le violent. Ce côté classique remanié est un vrai régal ! On adore !

  • Stan Carlisle, employé dans une tournée foraine, médite en assistant au numéro d'un geek, affreux poivrot qui décapite les poulets d'un coup de dents. Jamais il ne descendra aussi bas, jamais ! Jeune et séduisant, Stan nourrit de grandes ambitions et n'a aucun scrupule. Sa rencontre avec Lilith, psy blonde, implacable et glaciale, marque le tournant de sa carrière. L'heure est venue de berner les riches en convoquant leurs chers disparus dans des demeures cossues. Mais le Dr Lilith a percé à jour les nombreuses failles de Stan le Magnifique...
    Nourri de psychanalyse et inspiré par le tarot, Nightmare Alley est un roman cruel et hallucinant, devenu culte dès sa parution à la fin des années 1940.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Tombez dans les méandres de votre inconscient avec ce rand classique de la littérature policière ! Déroutant, ce livre culte des années 40 est enfin réedité pour notre plus grand plaisir. Un policier efficace, cruel et totalement torturé. Addictif !

  • Juillet 1937. À Home Place, au coeur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l'arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l'idée qu'une guerre éclate, s'entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice ? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ?
    Non-dits, chamailleries, profonds chagrins... Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu'elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance - ou l'impuissance - des hommes. L'été regorge d'incertitudes mais, sans l'ombre d'un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Culpabilité et secrets, espoirs déçus ou vie comblée, tensions politiques et inquiétudes à l’approche d’une nouvelle guerre pour l'Angleterre… le tout dans une ambiance qui rappelle Downton Abbey ! Lecteurs, rentrez dans l’intimité de la famille Cazalet.

  • Paris 1926. Tournées vers les plaisirs et la fête, les années folles battent leur plein et Montparnasse est le nombril du monde. La mort suspecte d'un patient amène Alexandre Santaroga, psychanalyste atypique, à s'intéresser à un mystérieux cercle de rêveurs éveillés. La rencontre fortuite avec Varya, récemment échappée de la Russie bolchevique, lui permettra d'y enquêter. Mais Santaroga a-t-il introduit une brebis ou un loup au sein du cercle ?
    Surréaliste et adeptes du rêve éveillé, aventurière et artiste, Russes blancs ou Américain en goguette, Olivier Barde-Cabuçon donne vie à une galerie de personnages étonnants du Paris flamboyant de l'époque tandis qu'en coulisses se dessinent la montée du fascisme et la tentation de dangereuses alliances.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Du pur et bon roman policier historique ! Plongez dans le Paris des années folles en compagnie d'un célèbre psychanalyste et de son espionne russe. Une fois de plus Olivier Barde-Cabuçon livre un polar efficace, prenant et dépaysant !

  • Ce sont quatre siècles d'histoire de France, de 1613 à nos jours, qui défilent ici «  le long  » (historiquement et géographiquement) du palais et du jardin du Luxembourg.
    Construit par Marie de Médicis, devenu très tôt l'apanage des Orléans, ce rêve d'Italie bâti sous un ciel d'Ile de France connaîtra au fil des siècles bien d'autres occupants.
    On y croise les cardinaux politiques mentors des régentes -Richelieu, l'amant-tyran de Marie de Médicis et Mazarin «  le gredin de Sicile  » auprès d'Anne d'Autriche- le frondeur Gaston d'Orléans et sa non moins frondeuse de fille, la Grande Mademoiselle, la provocante «  Jouflotte  », fille du Régent, le fils du Grand Condé, atteint de lycantrophie, qui se prend pour un chien et se croit mort...
    Dès le milieu du XVIII° siècle, le Luxembourg devient le premier  musée d'Europe ouvert au public (43 ans avant le Louvre) et le jardin un lieu champêtre dont raffolent les Parisiens  ; Jean-Jacques Rousseau y guette Diderot arpentant «  l'allée des Soupirs  », tandis que le comte de Provence, frère de Louis XVI, futur Louis XVIII, qui a reçu le palais en apanage et en très mauvais état, rêve d'en faire une formidable opération immobilière.
    «  Magasin de guillotine  » sous la Révolution, Chénier, Fabre d'Eglantine et bien d'autres y rendront leur dernier soupir, siège du Directoire et de toutes les intrigues politico-galantes de Barras, il devient grâce à Bonaparte, Premier Consul, le siège de la deuxième chambre de l'Etat français qu'il restera jusqu'à nos jours, en portant des noms divers, Sénat conservateur, impérial, Chambre des Pairs, Chambre Haute, Sénat tout court. Egalement une Haute Cour de Justice qui jugera et fera fusiller le maréchal Ney, exilera Polignac, Blanqui, Fieschi.
    Puis ce seront le Second Empire, la Commune, les fusillades versaillaises dans le jardin, où se promèneront Verlaine et Rimbaud, comme plus tard, enfants, Anatole France, Gide, Sartre, Beauvoir...
    L'Occupation fera du palais l'état-major du siège de la Luftwaffe et une unité de la SS s'y installera même brièvement (5 résistants y seront torturés) avant que la Libération n'y fasse siéger l'Assemblée consultative provisoire.
    Une évocation passionnante, une grâce d'écriture merveilleuse  : Le récit est enlevé, délié, le ton à cent lieues du manuel d'histoire. Un très grand plaisir de lecture.

    La librairie Gallimard vous conseille

    400 ans de l'histoire du plus beau et du plus célèbre des jardins parisiens. Empruntez les allées du Luxembourg en compagnie de Marie de Médicis, Victor Hugo ou bien encore Verlaine ou Sartre. Un bonheur de lecture grâce à ce livre généreux et foisonnant.

  • Les refuges

    Jérôme Loubry

    Plume Libre : "Un énorme coup de coeur !" Culturez-moi : "Une claque monumentale !" Mes évasions livresques : "Une véritable pépite ! " Sangpages : "Ni plus ni moins le meilleur thriller psychologique que j'aie jamais lu..." Froggy's delight : "L'atmosphère et la tension psychologique qui se dégagent de l'ouvrage sont incroyables ! "
    Bref, LES REFUGES, c'est LE thriller dont tout le monde parle, et il a reçu le Prix Cognac du meilleur roman francophone 2019 et le Grand Prix de l'Iris Noir Bruxelles 2019
    Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d'aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
    Lorsqu'elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d'habitants âgés organisés en quasi autarcie.
    Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l'image que Sandrine en a.
    Pourtant, l'atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret.
    Quelque chose ou quelqu'un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d'entre eux ne quitte-t-il jamais l'île ?
    Qu'est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
    Qui était vraiment sa grand-mère ?
    Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d'un sang qui n'est pas le sien...
    Emotion, profondeur, angoisse...
    Un nouveau superbe thriller par l'auteur du Douzième Chapitre et des Chiens de Détroit
    Né en 1976, Jérôme Loubry a publié Les Chiens de Détroit, lauréat du Prix Plume libre d'Argent 2018, suivi du Douzième Chapitre, « un polar complètement dingue, angoissant, terriblement prenant », selon Le Parisien.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Jérôme Loubry joue avec les nerfs de ses lecteurs... Un thriller psychologique par excellence, des secrets à n'en plus finir et une tension palpable qui monte crescendo. Découvrez l'auteur avec un polar aussi efficace que vertingineux. Coup de coeur assuré !

  • Bonne nuit maman

    Seo Mi-Ae

    Le Silence des agneaux Made in Korea
    Seonkyeong, criminologue, est sollicitée par un serial-killer qui attend son jugement en prison. Cet homme qui a assassiné une douzaine de femmes veut lui parler, à elle et à personne d'autre. Intelligent, manipulateur, ses motivations restent floues mais tous s'accordent à dire que Seonkyeong devra faire preuve de la plus grande prudence face à ce criminel hors normes.
    Dans le même temps, son mari se voit contraint de faire venir chez eux la fille qu'il a eu d'un précédent mariage. Une petite de onze ans qui serre contre elle son ours en peluche, une petite bouleversée par les décès de sa mère et de ses grands-parents maternels. Des décès pour le moins suspects d'ailleurs...
    Bonne nuit maman est le premier opus d'une trilogie consacrée à Ha-young, jeune criminelle qui incarne les bouleversements vécus par la société coréenne.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Un thriller coréen efficace qui promet une lecture sous haute tension ! Un joli clin d'oeil au Silence des agneaux, un polar psychologique sans tomber dans l'horreur. Un régal !

  • Elmet

    Fiona Mozley

    ' Le sol regorgeait d'histoires brisées qui tombaient en cascade, pourrissaient puis se reformaient dans les sous-bois de façon à mieux resurgir dans nos vies. '

    John est venu s'installer avec ses enfants, Cathy et Daniel, dans le Yorkshire rural où était née leur mère. Ils y construisent une petite maison, bordée par la forêt et la voie ferrée. Dans ces paysages tour à tour désolés et enchanteurs, les deux enfants grandissent en marge des hommes, chassant pour se nourrir et recevant, pour toute éducation, quelques leçons d'une voisine. Mais un gros propriétaire terrien, Mr Price, menace de les expulser si John refuse de passer à son service. Ravivant un passé trouble, ce chantage déclenche dans la région un crescendo de violence. Jusqu'où John ira-t-il pour protéger les siens ?

    La librairie Gallimard vous conseille

    Arrêtez-vous devant ce texte ô combien prodigieux ! Voilà les réflexions d'un homme affamé de littérature. C'est aussi un vibrant hommage à l'existentialisme. Un vrai roman d'apprentissage. Une oeuvre magistrale, brillante, captivante et ambitieuse.

  • Dans ce bref récit, Michel Crépu évoque la figure de sa mère, quelques temps après la mort de celle-ci. Le texte s'ouvre sur de très belles pages, des mots très justes, pour dire comme l'esprit de qui on aime s'abîme dans la vieillesse pour ne laisser aux proches qu'une enveloppe corporelle familière qui n'est plus la personne qu'on a connue. Il s'agit autant d'un hommage filial que d'une interrogation pudique comme devant le sacré sur ce que fut cette vie qui passe. L'auteur se garde bien de répondre; il propose des pistes, a recours à l'histoire familiale, aux anecdotes remâchées et transmises comme un héritage qui tiendrait dans un baluchon, aux souvenirs des unes et des autres, de certaines cousines qui auraient pu saisir les secrets féminins de cette mère aimée mais discrète. Chemin faisant, l'auteur arrive aux sources de lui-même, de sa propre psyché, de sa propre carrière. Il dit avec humilité et honnêteté comme son métier «d'homme de lettres» était loin de sa mère et n'était pas pour rien dans la fierté qu'elle avait de lui. Tout se passe comme s'il découvrait la littérature en même temps que le désir (ou le désir à travers la littérature) et qu'une pudeur alors s'immisce entre mère et fils. En racontant la vie de sa mère, jeune fille de 20 ans en 1945, «première main qualifiée chez Lelong», fille du sacristain de Chaillot, qui épouse un architecte d'Etampes, Michel Crépu retrace une époque, une destinée féminine dans le devoir et l'amour de sa famille. C'est sur le ton de la confidence qu'il nous parle, ce qui donne au texte une émotion contenue et la finesse d'un camée ancien.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Comment ne pas penser aux plus belles pages de Proust sur la mort de sa grand-mère ou aux "Vies minuscules" de Pierre Michon ? Un livre bouleversant tout en pudeur et en intimité retenue.

  • Washington, 1937. John Clark, journaliste photoreporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l'organisme gouvernemental chargé d'aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l'Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère. En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d'un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe... Après Le Retour de la bondrée (Prix Saint-Michel du meilleur album) et L'Obsolescence programmée de nos sentiments (en collaboration avec Zidrou, Prix d'argent du Japan International Manga Award), Aimée de Jongh signe un récit émouvant, inspiré par des faits historiques et nourri par un séjour sur place.

    La librairie Gallimard vous conseille

    Un immense coup de cœur pour ces Jours de sable, ou le récit initiatique d'un jeune reporter chargé, pendant les années trente, de témoigner des difficultés des agriculteurs de la région du Dust Bowl, située dans le centre des États-Unis. La rugosité, climatique et humaine, et les accalmies, modifient profondément le citadin qui en profite pour interroger la véracité de la photographie et sa puissance de reproduction; Bouleversant !

empty